Le temps de Noël par Monseigneur Percerou (évêque de Moulins).

Un jeune couple, dans une étable, aux portes d’une ville inconnue qui donnent naissance à un enfant au cœur de la nuit. Nous imaginons leur peur ! Combien sont-ils, hommes et femmes, aujourd’hui, habités par la peur ? Peur en l’avenir… Peur pour leurs proches… Chez nous, en France, dans notre vaste monde… En ce temps de Noël, Jésus vient d’abord pour tous ceux-là, qui ne partageront pas la fête qui bat son plein un peu partout. Le Sauveur du monde n’est pas à chercher là où se tient la fête. Mais dans une humble étable, dans la simplicité d’une crèche.

Dans les environs, il y a les bergers qui gardent les troupeaux. Ce sont des hommes à la réputation douteuse : ils n’ont pas de maison, peu d’argent, ils travaillent un jour ici, l’autre là. Pourtant, Dieu les choisit pour être les premiers témoins de la naissance de son Fils. En Jésus, Dieu vient pour tous les hommes, sans exception. Il vient pour les sauver tous, car Dieu ne fait pas de différence entre les hommes.

Mais être choisi ne suffit pas… Encore faut-il répondre à l’appel du Seigneur. Les bergers de notre Évangile répondent, ils se rendent à la crèche et adorent Jésus nouveau-né ! Qui que nous soyons, nous sommes appelés à connaître la joie des bergers. Mais il faut d’abord, comme eux, nous mettre en route et accepter de nous déplacer.
Les bergers se sont déplacés, certes, jusqu’à la crèche mais, une fois arrivés, ils ont vécu un autre déplacement, celui-là intérieur et combien important. Ils ont reconnu en Jésus Celui qui les sauve et leur vie, alors, a changé. L’Évangile nous fournit l’indice de ce déplacement : « Après avoir vu, ils firent connaître ce qui leur avait été dit à propos de cet enfant ». Leur vie avait vraiment bien changé pour que eux, les exclus, osent prendre la parole !

Noël est pour tous une joie : Dieu ne connaît pas les frontières qui séparent les hommes, en chacun d’eux il prend naissance. Mais Noël est aussi un appel à nous laisser déplacer intérieurement. Nous pouvons avoir peur, comme Marie et Jésus au cœur de la nuit de Bethléem, nos vies peuvent rencontrer bien des obstacles mais, depuis cette nuit de Noël, ils ne sont plus insurmontables. Marie et Joseph, au cœur de leur détresse, perdus dans une ville étrangère, mettent au monde Jésus. Les bergers, au cœur de leur exil dans la montagne, rencontrent Jésus. Une espérance se lèvent pour eux !

Alors, à tous, confiance et espérance ! A Noël, Dieu se fait l’un de nous : dans les réconciliations entre amis, dans les gestes de partage et d’accueil, dans les prises de position contre toutes les formes d’injustice, dans les recherches de solutions justes afin d’éviter les conflits ou apaiser les tensions, il est là ! Dans notre désir de vivre malgré tout alors que nous avons bien des raisons de baisser les bras, il est là !

Que cette belle espérance nous renouvelle dans notre engagement au service de nos frères, de notre société, de notre Église. Joyeux Noël à vous tous !

X